Un viaggio in Tunisia passando dalla Sicilia :  un jour je reçois un message de Maya, jeune rédactrice Web qui collabore avec des sites et des blogs. Elle prépare un master en journalisme et démontre ses compétences journalistiques et rhétoriques en écrivant sur internet ce qui lui permet de prouver ses capacités.Elle espère pouvoir obtenir un poste dans la com ou pour un journal local .

J'ai dit oui tout de suite en lui précisant que mon blog était centré sur la Sicile et elle a eu l'excellente idée d'écrire cet article sur les relations culturelles et historiques entre la Tunisie et la Sicile. Je la remercie car son article est vraiment intéressant, j'ai appris des choses, et je lui souhaite un très bel avenir professionnel.

Bonne découverte!

 

 

 

Savez-vous qu'au cours des XIXème et XXème siècles de nombreux italiens émigrèrent en Tunisie pour former une colonie dont les descendants s'appellent les italo-tunisiens ? En réalité la présence italienne a tellement marqué des villes comme Tunis ou Bizerte qu'on retrouve dans ces villes de nombreuses traces de cette présence.

images (1)

 

 

 

Au début du siècle dernier plus de 100 000 italiens vivaient encore en Tunisie. Ils avaient trouvé dans ce pays une terre hospitalière qui leur permit de répandre leur culture et de prospérer. Dans ce contexte d'interaction culturelle pacifique avec les autochtones les italiens construisirent de nombreux monuments qui marquent leur présence en Tunisie.

 

 

 

Par exemple le bourg de la Goulette, situé au nord de Tunis, symbolise parfaitement la présence italienne en Tunisie. Ce petit bourg peuplé à l'origine par des immigrés italiens venus de villes siciliennes comme Palerme ou Trapani connaîtra un développement rapide à partir de 1860. De nombreux pêcheurs, artisans, agriculteurs siciliens s'y installèrent en masse attirés par l'opportunité de gagner leur vie grâce aux activités portuaires de la ville.

 

 

 

Ailleurs en Tunisie à la même époque on compte également quelques autres communautés italiennes émigrés; dans la ville de Bizerte par exemple. D'ailleurs, Bizerte compte toujours un «quartier sicilien», où l'on trouve quelques maisons de style Liberty bâties par des représentants de la communauté italienne de la ville.

 

 

 

Mais l'exemple le plus parlant attestant de cette présence italienne en Tunisie est ce simple chiffre: environ 10% de la population tunisienne actuelle posséderait un ancêtre italien. Une des plus célèbres égéries de la culture italienne récente est elle même une italo-tunisienne née à Tunis dans un quartier italien: Claudia Cardinale.

download

 

 

 

C'est pourquoi si vous êtes intéressés par l'histoire de la Sicile et de la Tunisie, un voyage sur les traces de ces deux terres à l'histoire mêlée est une bonne idée. Vous pourriez vous envoler pour la Sicile et de là prendre le ferry qui part ou de Palerme ou bien de Catane et arrive à Tunis en 12 heures. Un conseil judicieux pourrait être d'organiser votre séjour en pensant au préalable au logement sur place (pour la Tunisie par exemple sur un site d'annonces en ligne comme Tayara vous trouverez divers logements à louer).

 

 

 

Une fois en Sicile, n'hésitez pas à faire un tour dans la ville la plus tunisienne de l'ile nommée Marsala. En effet son nom d'origine arabe « Mars al-Allah » , qui veut dire port de Dieu, vient de la période de la présence des arabes après la conquête des romains en honneur de son important port. Son centre est plein d'histoire et de culture    et vous pourrez goûter à son fameux vin le Marsala.  

download (3)

 



Son bord de mer, très beau grâce aux nombreux palmiers qui se succèdent d’un côté et de l’autre, vous emmènera directement à la zone balnéaire où s’alternent plages privées et publiques.
Dans la partie opposée, en direction de Trapani, on y trouve un paysage encore plus particulier: la lagune du Stagnone, avec les autres petites îles qui font partie de la Réserve Naturelle et, un peu plus loin, les Salines avec ses bassins pour la récolte du sel et ses moulins à vent.

 

 download (2)

 

Bon voyage !

P.S : je me suis permis de rajouter des photos tirés du Web.